MYEMONO

Étudier, par séquençage de l’ARN, les syndromes myéloprolifératifs (maladies rares de la moelle osseuse) associés à une monocytose (taux de globules blancs élevé).

Contexte : 


Les syndromes myéloprolifératifs (SMP) sont des maladies chroniques de la moelle osseuse parmi lesquelles on distingue : la polyglobulie de Vaquez (PV) qui touche la lignée des globules rouges, la thrombocytémie essentielle (TE) qui touche la lignée des plaquettes, et la myélofibrose primitive (MFP).


La PV et la TE sont notamment caractérisées par un risque modéré d’évolution vers une leucémie aiguë ou vers une fibrose de la moelle. La MFP est plus agressive, avec un risque accru d’évolution en leucémie aiguë. Actuellement, il n’existe pas de traitement spécifique de ces transformations en leucémie aiguë, et leur pronostic est sombre.


Chacun de ces SMP est dû à une mutation génétique. Les transformations en forme agressive restent toujours difficiles à prédire lors du diagnostic ou au cours de l’évolution de ces maladies chroniques. Parmi les facteurs de risques d’aggravation connus, les globules blancs dans le sang sont documentés comme étant un facteur de risque de progression vers la myélofibrose ou la leucémie aiguë myéloïde, ainsi que l’âge avancé. 


Toutefois, un petit groupe de patients semble plus spécifiquement développer une monocytose (excès de monocytes) identifiable soit au diagnostic, soit au cours de l’évolution de la maladie. Plusieurs auteurs suggèrent que cette monocytose soit retrouvée chez un profil particulier de patients, souvent plus âgés, avec une leucocytose importante et des mutations initialement associées à d’autres maladies comme la leucémie myélomonocytaire chronique (LMMC). Dans la MFP, cette monocytose serait un facteur de mauvais pronostic. L’impact de la monocytose reste par contre à explorer dans la TE et la PV. 


Les SMP présentant une monocytose n’ont été que très peu étudiés dans la littérature.


Objectif : 


L’objectif de cette étude est de caractériser finement les anomalies moléculaires dans un groupe de patients sélectionnés, suivis pour un SMP et développant une monocytose. La technique utilisée est une technique récente : le séquençage de l’ARN. Ce travail permettra d’évaluer la présence d’anomalies telles que des transcrits de fusion, des mutations, des délétions, ce qui améliorera la compréhension de la physiopathologie. Le deuxième objectif est de mettre en évidence des anomalies potentiellement accessibles à des thérapies ciblées qui bénéficieraient aux patients. Le dernier objectif est d’établir une corrélation entre les anomalies de l’ARN et l’évolution de la maladie. 


Ce travail complètera une étude menée en collaboration avec les CHU d’Angers et de Créteil sur les SMP avec monocytose, comprenant une étude du phénotypage des monocytes et un séquençage de l’ADN. 


L’expertise du service d’hématologie du CHU de Brest nous permettra de recruter aisément les patients présentant ces caractéristiques.


Porteurs du projet : Dr Caroline BUORS et Mme Valoris LE BRUN, hématologie biologique, CHU de Brest


Chef de Service : Pr Eric LIPPERT


Chef de Pôle : Pr Cédric LE MARECHAL


Co-financement : InCA

Je donne

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!