BREGEMISS

Identifier les facteurs de risque des AVC et étudier la capacité de résilience des patients victimes pour améliorer leur qualité de vie.

Contexte :  


Les AVC ou accidents vasculaires cérébraux représentent un véritable enjeu de santé publique. En Bretagne, le nombre de patients ayant un AVC est particulièrement élevé, plus que dans d’autres régions, on y compte plus de 10 000 nouveaux AVC par an. Environ 1 500 patients par an sont hospitalisés à l’hôpital de la Cavale Blanche à Brest. 


La survenue de l’AVC dépend à la fois de l’environnement, du mode de vie, de l’alimentation mais aussi de l’héritage familial et génétique. 


Le devenir des patients après un AVC est très variable. Pour un même AVC, certains vont bien et d’autres moins bien. La résilience, qui est la capacité du cerveau à récupérer est donc variable selon les individus.


Depuis 2008, le CHU de Brest a mis en place le registre populationnel des AVC du Pays de Brest. Au cours des années, ce registre est devenu l’un des plus grands registres des AVC d’Europe. Il est reconnu et labellisé par Santé Publique France et l’Inserm est témoin de sa qualité. Il enregistre tous les AVC du Pays de Brest et réalise une photographie de l’état initial du patient et de sa prise en charge. Près de 10 000 patients ont ainsi été identifiés dans ce fichier. Bien que tous les patients soient suivis en cas de récidive, il est difficile de savoir comment ces patients ont récupéré et ce qu’ils sont devenus 5 ans après. La récupération peut être mesurée par le handicap mais aussi par ce que l’on appelle le handicap invisible : fatigue, dépression, anxiété, apathie…. qui peuvent avoir des répercussions lourdes sur la vie quotidienne.


Objectif : 


L’objectif du projet est donc d’étudier chez les patients ayant eu un AVC dit mineur leur capacité de résilience et d’identifier les facteurs qui y contribuent pour essayer d’améliorer leur qualité de vie.


Ainsi, les patients ayant eu un AVC, il y a au moins 5 ans, se verront proposer une consultation de neurologie, une IRM cérébrale, un bilan de neurologie avec un questionnaire sur leur qualité de vie et une évaluation cognitive et de l’humeur ainsi qu’un prélèvement sanguin pour étudier leur profil génétique et un prélèvement des selles pour étudier leur microbiote. 


Le projet du registre des AVC est déjà soutenu financièrement par Santé Publique France, l’Inserm et le CHU de Brest pour le recueil des données lors de l’AVC mais le suivi nécessite un financement complémentaire. 


Chefs de projet : Dr François-Mathias MERRIEN, praticien hospitalier et Pr Serge TIMSIT, chef de service de neurologie et membre de l’Unité Inserm 1078


Et aussi : l’équipe de neurologie du CHU de Brest, Drs ROUHART, GOAS, VIAKHIREVA, BRUGUET, JOURDAIN, LEBLANC, LAVENANT, MARECHAL, CORIS, BROUAZIN, et TABORE en collaboration avec le Dr Emmanuelle GENIN, directrice de l’Unité Inserm 1078, spécialiste de génétique et celle du Pr Geneviève HERY-ARNAUD, bactériologiste et spécialiste du microbiote

Je donne

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!