ACCOORDIA

S’appuyer sur les technologies numériques et l’intelligence artificielle pour renforcer les capacités de prévention du risque suicide en Bretagne.

Le suicide est à l’origine de près de 800 000 décès chaque année dans le monde, soit 1 personne toutes les 40 secondes. La Bretagne est la région de France la plus touchée. Aujourd’hui, la prévention du suicide constitue une priorité majeure de la santé publique en Bretagne.


Plusieurs stratégies ont été mises en place, depuis plusieurs années, dans le but de réduire le taux de mortalité par suicide au moyen notamment de dispositifs de prévention comme par exemple le suivi de patients à risque et le maintien du contact avec les patients qui ont réalisé un geste suicidaire après leur sortie des soins.


Ce maintien du contact avec le patient est d’autant plus important s’il est actif, régulier, personnalisé et qu’il s’inscrit dans la durée. Plusieurs méthodes de veille pratiquées à l’échelle mondiale ont fait preuve d’une efficacité significative dans la réduction de la mortalité des patients pris en charge. Ces dispositifs permettent d’harmoniser la prise en charge des patients et de coordonner tous les professionnels de santé qui interviennent auprès des adultes et des mineurs. Les interventions vont de la simple organisation d’une consultation au déploiement d’une interventions du SAMU. Le suivi se fait à partir de différents médias : contact téléphonique, cartes postales, sms et carte ressource remise aux patients à la sortie des urgences. L’objectif est de maintenir le lien avec les personnes qui ont réalisé un geste suicidaire après leur sortie d’un établissement de soins, dans le but de réduire le risque de récidive suicidaire. Tous ces liens permettent de mieux documenter le risque présenté par chaque patient.


Le dispositif ACCOORDIA se place à 2 moments clés de l’évaluation du risque suicidaire :


1- Lors des appels : en associant aux entretiens téléphoniques des méthodes permettant de mieux documenter le risque en s’appuyant sur l’analyse des enregistrements réalisés en routine et en complétant l’évaluation du risque en proposant au patient de renseigner son état en utilisant une application d’auto-évaluation


2- Pendant le suivi : par l’application - grâce à l’ensemble des données collectées - de méthodes d’analyse avancée s’appuyant sur des techniques d’intelligence artificielle. Ces méthodes permettent de mieux comprendre les facteurs de risques et d’identifier les groupes de patients auprès desquels les interventions doivent être plus fréquentes et plus intenses.


Ces nouveaux outils, associés aux dispositifs déjà déployés, permettront de mieux comprendre les conduites suicidaires sur notre territoire et de mieux répondre aux besoins des patients.


Le CHU de Brest a créé l’ensemble du système d’information de prévention du risque suicide utilisé par toutes les antennes nationales et fait partie des 3 antennes nationales H24 (avec Lille et Montpellier) retenues dans le cadre d’un appel à projets pour prévenir le risque de suicide.


Porteur du projet : Dr Sofian BERROUIGUET

Je donne

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!